L’huile de palme et la taxe « Nutella »

Maison / Actualités / L’huile de palme et la taxe « Nutella »
L’huile de palme et la taxe « Nutella »

 

L’Assemblée Nationale a abandonné ce mercredi 22 juin 2016 l’idée de sur-taxer l’huile de palme. Déjà proposée puis abandonnée en 2012, cette taxe avait symboliquement été surnommée « taxe Nutella » car visant principalement l’huile de palme présente dans ce type de produit.

L’huile de palme est une horreur sur le plan environnemental de par les déforestations dont elle est à l’origine. Des millions d’hectares de forêts ont été détruits en quelques dizaines d’années en Indonésie et en Malaisie. Cela a aussi des conséquences catastrophiques pour les animaux, les orang-outans par exemple.

[ A voir : Green, un film très touchant présentant la situation des orang-outans menacés par l’industrie de huile de palme ]

L’huile de palme est également une aberration contre-nature d’un point de vue nutritionnel.

Elle est très utilisée par les industriels du fait de son prix, mais aussi de sa structure : très stable, résistante à l’oxydation et à la chaleur (elle reste solide à température ambiante) tout en apportant de la texture.

L’huile de palme est très utile pour produire des marchandises de mauvaise qualité, mais très rentables. Il s’agit d’une matière grasse servant à leur donner une certaine « onctuosité » pour les rendre « alléchantes », et souvent addictives. Surtout que dans beaucoup de cas l’huile de palme est présente dans des sucreries.

Les pâtes à tartiner telles que le Nutella ne sont pour ainsi dire quasiment que du sucre et du gras (à 70%).

Il ne faudrait pas croire que ce problème ne concerne pas les personnes vegans puisqu’il existe un certain nombre de pâtes à tartiner ressemblant au Nutella mais estampillées « vegan » et contenant de l’huile de palme avec beaucoup de sucre.

[A lire également : faut-il bannir le sucre de son alimentation ? ]

Le problème de l’huile de palme est qu’elle est très riche en acides gras saturés (comme le beurre, les margarines, les charcuteries, etc.), qu’il faut éviter pour des raisons de santé.

Dans certains cas l’huile de palme peut être hydrogénée (ce n’est pas le cas du Nutella), ce qui produit des acides gras tans, qu’il faut encore plus éviter.

[A lire également : les différents types d’acides gras ]

On pourrait très bien dire, comme le font certains « nutritionnistes », qu’un peu de Nutella de temps en temps ne serait pas mauvais pour la santé, qu’il faudrait simplement en consommer « avec modération », etc.

Il est cependant plus réaliste et pertinent pour la santé à long terme de considérer ce genre de produits contenant de l’huile de palme comme n’ayant pas leur place dans les cuisines. Surtout pour les enfants.

Le problème est de s’habituer à ces produits (qui sont par ailleurs étudiés pour être addictifs, en plus du marketing) qui prennent de la place dans la ration alimentaire quotidienne.

Autrement dit, quelques tartines de pâte à tartinées, que cela soit du Nutella ou bien un équivalent « vegan », prennent la place par exemple de quelques fruits, de quels noix, etc.

C’est la même chose pour d’autres produits transformés salés contenant aussi de l’huile de palme : ils prennent la place de plats sains à base de céréales complètes et de légumes frais par exemple.

On s’habitue alors à des goût simples, voir simplistes, et l’on s’éloigne des goûts et textures naturels, plus complexes, moins lisses, des fruits et légumes frais notamment, qui sont des aliments de très grande qualité.

Sur le plan culturel, en terme de culture alimentaire, les produits remplis d’huile de palme tels que le Nutella sont aussi une catastrophe et représentent une régression totale.

Devenir vegan peut justement être l’occasion de se passer de ce genre de marchandises qui agressent l’organisme plutôt que le nourrir. Il y a tellement de goûts, de saveurs et de textures délicieuses dans les végétaux qu’il n’est pas la peine de prendre ou de garder des mauvaises habitudes avec les produits contenant de l’huile de palme, même de temps en temps !

Refuser l’huile de palme est de toute façon une nécessité d’un point de vue environnemental et pour les animaux !