Le lactose n’est pas fait pour les adultes

Maison / Actualités / Le lactose n’est pas fait pour les adultes
Le lactose n’est pas fait pour les adultes

Le lactose est un glucide (ou « sucre ») que l’on retrouve dans le lait des mammifères. Le lait maternel en est très riche, dans des proportions adéquates pour les nourrissons.

Le lactose est composé de glucose et de galactose. Ces deux molécules sont séparées (hydrolysées) par l’action d’une enzyme, la lactase.

Le glucose est le substrat énergétique principal, il est consommée notamment par le cerveau, mais aussi les muscles. Le galactose quand à lui entre dans la composition d’acides gras indispensables à la constitution du système nerveux. Il peut aussi être converti lentement en glucose par le foi et participer à la bonne régulation de la glycémie du nourrisson.

Devenus enfant, l’être humain n’a plus besoin de galactose, c’est une des raisons pour lesquelles il cesse de consommer du lait maternel, et donc du lactose.

Rapidement après le sevrage, la production d’enzymes lactases diminue. C’est le cas chez tous les mammifères. Il ne suffirait pas de continuer à consommer du lactose pour que l’ADN continue à coder les protéines formant les enzymes lactases. L’arrêt de la production est programmée génétiquement.

Cependant, une partie de la population mondiale a développé il y a 5 000 à 10 000 ans une mutation permettant de continuer à produire des enzymes lactase à l’âge adulte (bien que cette production ne soit pas toujours efficace).

Cela représente une minorité importante de la population mondiale, 30 à 35 %, essentiellement en Europe du Nord, dans certaine partie de Afrique de l’Ouest, etc.

La notion communément répandue « d’intolérance au lactose » est donc impropre. Il ne s’agit pas d’un dysfonctionnement et cela n’a rien à voir avec des intolérances ou allergies alimentaires.

Les « intolérants » forment la majorité de la population humaine mondiale. En France, on considère que seules 35 % de la population adulte tolère le lactose dans la partie sud du pays. Au contraire, dans la partie nord 83 % de la population est considérée comme tolérant le lactose [source].

Le problème du lactose lorsqu’il n’est pas hydrolysé par des enzymes lactases est qu’il se retrouve directement dans le côlon, sans que le glucose et le galactose n’aient été digérés.

Cela peut être la cause de ballonnements, des crampes d’estomac douloureuses et parfois de diarrhées.

Chaque personne, qu’elle produise un peu ou presque pas du tout d’enzymes lactases, est plus ou moins sensible aux effets de la fermentation du lactose dans le côlon. Parfois, cela ne produit qu’un simple « inconfort » que l’on suppose normal et inévitable, alors qu’il disparaît immédiatement en arrêtant de consommer du lait (et donc du lactose).

Dans tous les cas, le lait n’est pas fait pour les mammifères adultes, même si certains humains ont appris à le tolérer par nécessité.

 

A lire : Le lait de vache n’est pas un aliment de qualité pour les humains