Le lait de vache n’est pas un aliment de qualité pour les humains

« Pour être studieux, solides, forts et vigoureux, buvez du lait! »
Pierre Mendès-France, instituant la distribution de lait dans les écoles en 1954

Comme nous l’avons expliqué à propos du lactose, le lait des mammifères est destiné aux nouveaux-nés, pas aux adultes. De surcroît, le lait des vaches est adapté aux veaux et le lait des femmes est adapté aux nourrissons.

Une boisson idéale pour les veaux

Le lait de vache est très chargé en protéines, 2 à 3 fois plus que le lait maternel. Cela est adapté à la croissance rapide et importante du veau. Ce besoin ne correspond pas à celui des humains.

Au contraire, le lait des femmes est bien plus riche en acides gras polyinsaturés que le lait de vache. Ces acides gras sont indispensables pour le développement cérébral des humains.

Il en est de même pour les minéraux et la nature des protéines. Les concentrations sont adaptées aux besoins physiologiques précis de chaque espèce.

Si le lait de vache n’est pas adapté aux nourrissons (ce que personne ne peut nier), pourquoi le serait-il pour les adultes et les enfants ?

Le calcium

L’argument en faveur du lait est que cela serait indispensable pour couvrir les besoins en calcium (et en vitamine D, mais cela est lié au calcium).

Pourtant, le lait de vache est loin d’être la meilleure source de calcium pour les humains. Une grande partie de la population mondiale ne consomment d’ailleurs jamais de lait et ne manque pas de calcium.

De plus, la consommation de lait de vache induit presque automatiquement une consommation trop importante de protéines. D’après une étude de 2007, les produits laitiers constitueraient la 1ère source de protéines chez les français [1].

Un excès de protéines provoque justement des pertes en calcium osseux (pour évacuer l’azote, via l’urine). Pour assurer ses besoins en calcium, mieux vaut donc éviter le lait plutôt que d’en consommer.

Maladies auto-immunes et cancers

Le lait est mis en cause dans l’apparition dans un certain nombre de maladies. Il s’agit notamment des maladies auto-immunes (à commencer par le diabète de type 1 [2]) ou des cancers (de la prostate chez l’homme, des ovaires chez la femme [3]).

La caséine, la principale protéine du lait de vache, a également été identifiée comme un puissant cancérigène. Les protéines de lait peuvent aussi causer des réactions allergiques chez les enfants. Le lait fait partie des aliments les plus allergènes.

Par ailleurs, le lait stimule la production du facteur de croissance IGF-1. Cela peut là aussi favoriser le développement des cellules cancéreuses [4]. Le lait de vache contient en lui-même des facteurs de croissances. Ce son des hormones pas forcément d’origine naturelle d’ailleurs puisque les vaches sont littéralement « dopées » afin d’accroître leur productivité.

De la même manière, il y a dans leur lait d’importantes traces d’antibiotiques qu’elle doivent consommer.

Un produit très transformé

Le lait est présenté comme un aliment de qualité par les autorités sanitaires. Pourtant il nécessite de nombreuses transformations. Lorsqu’il est consommé par les humains, il ne ressemble que très peu au lait tel qu’il sort du pie de la vache.

Le lait est d’abord stérilisé (chauffé à très haute température) pour éviter des contaminations bactériennes. Il est également consommé écrémé la plupart du temps, car considéré comme trop riche en matières grasses (en acides gras saturés).

Le comble est certainement ces nouveaux produits que sont les laits « sans lactose ». C’est un non-sens total, cela revient à dénaturer totalement le lait puisque la présence du lactose est ce qui caractérise le plus le lait en tant qu’aliment.

Boire du lait « sans lactose » revient un peu à manger des salades sans fibres ou du riz sans glucides. C’est une absurdité.

Le lait n’est pas un aliment de qualité pour les humains. En plus d’être cruel et moralement injuste, il est totalement inutile de faire souffrir les vaches (et les veaux) afin de leur prendre leur lait.

Aller plus loin >

[opé] Tout savoir sur le calcium

 

[1] http://www.produits-laitiers.com/les-apports-nutritionnels-en-proteines/

[2] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2791650/#__sec5title

[3] http://ajcn.nutrition.org/content/89/5/1638S.full.pdf

[4] https://www.docphin.com/research/article-detail/1328404/PubMedID-21557887/Diet-insulin-like-growth-factor-1-and-cancer-risk