Le lait est-il bénéfique pour le sport ? L’exemple de Sporteus

Maison / Actualités / Le lait est-il bénéfique pour le sport ? L’exemple de Sporteus
Le lait est-il bénéfique pour le sport ? L’exemple de Sporteus

 

Le problème avec le lait est qu’il y a beaucoup de communication et de marketing en sa faveur. Un exemple ce cela est le produit Sporteus du groupe Lactel.

La marque Sporteus affirme que le lait qu’elle vend serait idéal pour la récupération. Il y a même pour cela un partenariat avec l’INSEP (organisme d’État) qui inscrit son logo sur les bouteilles et propose des distributeurs en son centre à Vincennes, ainsi que des chercheurs et des sportifs intervenants dans une vidéo en faveur de Sporteus. Il n’est pas précisé si ces personnes sont rémunérées ou non pour promouvoir cette boisson.

Sur le site de la marque, il est expliqué :

« Il est important de soigner « l’après sport » en soufflant, en s’étirant, en s’hydratant et en reconstituant ses réserves. De par leur composition, les produits laitiers sont recommandés aux sportifs parce qu’ils contribuent activement à compenser les pertes dues à l’effort, voire à compenser les pertes [sic]. »

Les produits laitiers permettraient donc de compenser les pertes. Comment cela est-il justifié ?

Le premier argument est « 1) Le lait apporte de l’eau ! »

Certes, mais l’eau aussi apporte de l’eau… Et même le café, ou le thé, ou encore le coca, et pour autant il n’est pas conseillé d’en boire juste après l’effort (voir l’article au sujet de l’hydrations pendant le sport).

Le second argument, celui le plus utilisé en faveur de Sporteus, est : «2) Les produits laitiers sont riches en protéines ».

Cela est vrai. Mais c’est aussi vrai d’un certain nombre d’aliments, cela n’est pas spécifique aux produit laitier ni aux produits d’origine animale.

L’article du site Sporteus semble assez confus sur la question, c’est ainsi qu’on peu lire une phrase aussi étonnante que :

« Après l’effort, l’apport protéique recommandé pour le sportif est compris entre 1.2 et 2g par kilo et par jour. »

Cet apport recommandé est-il « après l’effort » ou « par jour » ? Bien évidement c’est par jour, cela est même réexpliqué plus loin dans le texte. Mais cette phrase à elle seule montre bien une volonté d’insister de manière démesurée sur les protéines après l’effort.

1,2g de protéines par kilo et par jour, cela ne représente pas énormément, ce besoin est très facile à couvrir, et il y a même de grande chance de le dépasser pour les personnes qui consomment de la viande et des produits laitiers (sans que ce dépassement n’ai d’effets bénéfiques, au contraire).

L’article évoque l’intérêt des protéines après l’effort, pour la réparation et la reconstitution des tissus musculaires. Cela est tout à fait vrai, mais pas tant dans le moment qui suit immédiatement l’effort que dans les moments (les heures) qui le suive.

Consommer beaucoup de protéines immédiatement après l’effort, c’est prendre le risque qu’elles soient surtout métabolisées comme des hydrates de carbones (glucides). Ainsi, non seulement les acides aminés des protéines ne seront pas utiles à la reconstruction musculaire, mais en plus il y aura un excès d’azote qui devra être évacué, ce qui n’est pas bon pour la récupération.

insepL’article insiste également sur la composition des protéines du lait, qui sont censées être optimales et intéressantes, particulièrement le lactosérum (ou whey en anglais). Les « whey » protéines font l’objet d’un véritable engouement, et surtout d’un marché très juteux, à tel point que de nombreux sportifs (notamment de force, mais pas que) leur voue un culte démesuré, voir irrationnel, au point d’en acheter des pots de 5kg et d’en consommer des quantités immenses.

Sporteus entend donc certainement surfer sur cette vague d’engouement pour les protéines du lait. Pourtant, cela n’est absolument pas indispensable, et il est préférable d’organiser sa consommation de protéines de manière équilibrée et précise, sans excès, plutôt qu’avec ces produits trop riches (trop acidifiant pour l’organisme). Les protéines végétales (par exemple de chanvre, de pois ou de riz) permettent justement cela, comme le prouvent de nombreux sportifs de force ou d’endurance qui sont vegans.

Le dernier argument en faveur de Sporteus est : « 3) Les produits laitiers : apport en vitamines, minéraux, oligo-éléments »

Là encore ce n’est pas faux en soit. Mais cela n’est pas propre aux produits laitiers, qui par ailleurs ne sont les mieux lotis en terme de composition minéral pour la récupération. D’ailleurs l’article ne s’étend pas sur la question (1 seule phrase contre 15 pour les protéines).

Un sportif a plutôt intérêt à boire de l’eau type Vichy St-Yorre (pure ou par exemple coupé avec du jus de raisin) pour sa récupération immédiate.

Il existe par ailleurs de nombreuses marques proposant des boissons de récupération post-effort (qui souvent conviennent aux vegans) qui sont bien plus appropriées que Sporteus.

Un autre élément important voir fondamental en ce qui concerne la récupération est celui des antioxydants. Le sport génère une prolifération de radicaux libres dans l’organisme, qu’il convient de maîtriser pour la récupération (et la santé à long terme). Le lait en général ou le Sporteus en particulier n’auront pas spécifiquement d’effets bénéfiques pour cela, au contraire des fruits (que l’on peut manger immédiatement après l’effort), des légumes (que l’on peut manger dans les heures après un effort, en les couplant avec des aliments riches en protéines tels que les légumineuses), ou encore de la poudre de maca que l’on peux consommer dans une boisson immédiatement après l’effort.

Sporteus affirme donc que « de par leur composition, les produits laitiers sont recommandés aux sportifs », mais peine à convaincre avec des arguments valables.

On peut même dire que le discours de Lactel est contradictoire quand on y regarde de plus prêt. La boisson Sporteus n’est pas un simple produit laitier mais est foncièrement transformée.

En effet, le produit est enrichie en protéines par rapport à du lait normal (2,5 fois plus), il est écrémé pour ne pas contenir de matière grasses (alors que le lait est normalement riche en matière grasses), du sucre est ajouté et sa teneur en lactose est énormément réduite (< 0,5%), ce qui est un comble pour du « lait ».

Sporteus de Lactel prétend donc que le lait est bon pour les sportifs mais vend un produit transformé industriellement qui n’a plus grand-chose à voir avec le lait…

Mieux-vaut se tourner directement vers d’autre aliments, et laisser le lait des vaches à leurs petits.

 

A lire sur DV.com : Le lait de vache n’est pas un aliment de qualité pour les humains