L’organisme a-t-il besoin d’un temps d’adaptation pour devenir vegan ?

Maison / Actualités / L’organisme a-t-il besoin d’un temps d’adaptation pour devenir vegan ?
L’organisme a-t-il besoin d’un temps d’adaptation pour devenir vegan ?

D’un point de vue strictement nutritif, l’organisme n’a pas besoin d’une période de transition pour devenir vegan. Ce dont il a besoin, c’est de nutriments. Que ces nutriments soient d’origine végétale ou animale ne change pas grand chose. Le métabolisme reste le même.

Manger des produits d’origine animale ne signifie que passer par un intermédiaire, c’est-à-dire utiliser le travail de synthèse ou d’assemblage effectué par l’organisme d’un animal plutôt que de le faire soi-même.

Plutôt que d’absorber la vitamine A d’un autre organisme, il est tout à fait possible d’en produire soi même à partir du bêta-carotène.

C’est la même chose pour la vitamine D, la nature prévoit que l’on en synthétise à partir du soleil sur la peau. En cas de manque, il n’est pas indispensable d’utiliser la vitamine D produite par un animal (souvent les poissons), il est possible de consommer directement un complément vegan.

C’est la même chose pour le fer. Le fer dit « héminique » provient du sang d’un animal et se présente sous une forme relativement différente de celui présent dans les végétaux. Pour autant, l’organisme est tout à fait capable de se fournir uniquement de fer non héminique dans le mesure où celui-ci est apporté en quantités suffisantes et que les conditions d’assimilation sont optimales (par exemple en évitant la caféine mais en favorisant la vitamine C).

C’est encore la même chose en ce qui concerne les minéraux comme le calcium, le zinc, le sélénium, etc. Il est possible de rechercher soi-même ces éléments dans les végétaux plutôt que de les prendre dans la nourriture d’origine animale.

On peut aussi dire la même chose pour les protéines. Les acides aminés composant les protéines animales ou végétales sont les mêmes. Manger un animal ou un sous-produit animal, cela revient à bénéficier du travail que son organisme a fait pour rassembler des acides aminés dans les bonnes proportions. Mais il est possible (et facile) de le faire soi-même à partir des protéines végétales.

D’un point de vue métabolique, cela ne change rien. Les différences peuvent être en terme d’assimilation (meilleure ou moins bonne, suivant les cas). Mais là encore, rien qui ne demande spécifiquement une période de transition.

En ce qui concerne la vitamine B12, celle que l’on trouve dans la nourriture d’origine animale est la même que celle des compléments vegan, elle est produite par les mêmes bactéries.

Toutefois, le changement des habitudes alimentaires peut créer quelques « turbulences » ou inconforts chez certaines personnes.

Le principal problème est souvent une difficulté à digérer correctement les légumineuses (lentilles, haricots, pois, etc.) avec des ballonnements ou des flatulences.

Le problème peut être le même avec les fruits et les légumes, surtout les crudités. Les personnes ayant un régime alimentaire très pauvre en fruits et légumes (et trop riche en produits raffinés, donc pauvre en fibres) peuvent ressentir le besoin d’y aller petit à petit pour habituer l’organisme à ces aliments « nouveaux ».

Une autre difficulté peut être la récurrence de la sensation de faim : l’estomac est en effet un organe élastique, il s’est habitué à être rempli et à mettre du temps à digérer la viande par exemple. La nourriture végétale peut donner l’impression de ne pas avoir suffisamment mangé ou d’avoir vite faim dans la journée, car la digestion est plus efficace.

C’est une question d’habitude. En cas de faims récurrentes dans la journée, la meilleure chose à faire est de manger un ou des fruits.

Devenir vegan est souvent l’occasion de retrouver rapidement une meilleure forme en écartant des produits néfastes et en augmentant de manière importante sa consommation de fruits et de légumes.

Si des personnes ressentent le besoin d’y aller petit à petit ou par étape avant de devenir vegan, c’est bien-sûr possible. Cela pour se rassurer, découvrir et prendre de nouvelles habitudes, etc.

Mais du point de vue du métabolisme, l’organisme ne ressentira pas spécifiquement de différences qui nécessiteraient une transition. Devenir vegan du jour au lendemain est tout à fait possible !