Quel est l’intérêt nutritif de la viande ?

Maison / Actualités / Quel est l’intérêt nutritif de la viande ?
Quel est l’intérêt nutritif de la viande ?

Quel est l’intérêt nutritif de la viande ?

Si l’on se réfère aux « 9 repères pour y voir plus clair » du site Manger Bouger provenant du Programme National Nutrition Santé [France], il est parlé des « protéines d’excellente qualité » de la viande ainsi que du fer et de la vitamine B12 (et des Oméga 3 en ce qui concerne les poissons gras) qu’elle contient.

Ni les protéines, ni le fer, et encore moins les Oméga 3 ne sont des propriétés exclusives des produits de la chair animale.

La question de la vitamine B12 (cobalamine) est assez particulière, vous pouvez lire à ce sujet le document consacré. Mais il n’est pas indispensable de manger des aliments d’origine animale pour en consommer de manière fiable.

Pour être plus précis en ce qui concerne la viande, il faudrait aussi parler de ses apports en zinc, en vitamines A, B3 (ou PP) et B6, en phosphore et en sélénium.

Mais là aussi, rien qui ne puisse provenir des végétaux.

La vitamine A peut être synthétisée par notre organisme (à proprement parlé elle n’est donc pas une vitamine) à partir du bêta-carotène. On en trouve de manière largement suffisante si l’on consomme régulièrement des carottes ainsi que le plupart des aliments ayant une couleurs orangée (mangue, abricot, patate douce, potiron, etc.)

On trouve du fer dans de nombreux végétaux ou dans la spiruline. S’il est souvent expliqué que le fer héminique (provenant du sang, donc de la viande) est mieux assimilé, il faut aussi savoir que l’absorption du fer d’origine végétale est favorisé par la vitamine C.

C’est la même chose pour le zinc. Même si la vitamine C est moins efficace que dans le cas du fer pour inhiber les effets des phytates limitant son absorption, il est néanmoins tout à fait possible d’avoir des apports suffisant en zinc avec les légumineuses, les céréales, ou encore les graines.

Le phosphore et le sélénium se trouve également dans les graines et noix (les noix du Brésil sont une source extraordinaire de sélénium).

Les acides-gras polyinsaturés Oméga 3 sont quand à eux présent dans de très bonnes proportions dans les graines de lin (broyées), de chanvre et de chia. Il faut en consommer quotidiennement, directement ou sous forme d’huile.

Les protéines quant à elles sont présentes dans la très grande majorité des aliments, du moins des aliments complets (pas dans le sucre ou encore les huiles). C’est logique, puisqu’elles sont des constituants essentiels des organismes vivants que sont les végétaux.

Il y a des protéines dans les légumes, les légumineuses, les graines, les salades, les fruits, les noix, etc. Il leur est souvent reproché d’être de mauvaise qualité par rapport à celles d’origine animale, car trop limitées en tel ou tel acide aminé (les « briques » élémentaires composant les protéines).

En pratique, cela ne constitue pas un problème puisque les aliments se complètent naturellement au fur et à mesure des repas (voir le document consacré aux protéines).

D’un point de vue nutritif, l’intérêt de la consommation de viande est donc assez relatif. Ce qui apparaît de plus en plus clairement par contre, c’est que cela ne compense pas ses inconvénients.

Ces aspects négatifs portent essentiellement sur l’excès de fer héminique, d’acides gras saturés et de protéines que la consommation de viande peut engendrer.

Cela peut être en partie la cause de l’apparition ou du développement de cancers, comme l’ont montré de nombreuses études confirmées récemment par un communiqué de l’Organisation Mondiale de la Santé le 26 octobre 2015.

La viande rouge y est classée dans le groupe 2A, c’est-à-dire les produits « probablement cancérigènes pour les humains ». La viande transformée telle que la charcuterie est quant à elle considérée comme cancérigène et classée dans le groupe 1, au même titre que le tabac, la pollution aux particules fines ou encore l’amiante.

Le problème avec la viande est peut-être aussi, ou surtout, qu’elle prend de « la place » dans l’assiette, à la place de légumineuses, de céréales, de noix, de fruits ou de légumes qui ont quant à eux surtout de bonnes choses à apporter pour la santé.